Histoire Celtique

VII. Le christianisme, renaissance insulaire ?

La conversion des îles britanniques
A l’aube de l’ère chrétienne, toutes les zones anciennement celtisées ont été conquises ou sont en passe de l’être, que ce soit par les romains ou par d’autres. La Gaule se latinise à grande vitesse, et la Bretagne a déjà vu les premières incursions romaines. Au même moment, à plusieurs centaines de kilomètres de là, un petit juif barbu s’apprête à changer la face du monde. En bien ou en mal, cela reste à déterminer, car deux mille ans plus tard, nombreux sont ceux qui cherchent encore l’amour qu’il nous a promis.

Traditionnellement, le 17 mars, jour de la saint Patrick, est fête nationale en Irlande. On attribue à ce fils de fonctionnaire romain (né vers 385, mort vers 461) la conversion au christianisme des Irlandais. Une conversion qui ne s’est pas fait sans difficultés. En effet, après avoir vécu jusqu’à l’âge de seize ans dans un petit village du pays de Galles, saint Patrick est enlevé par des pirates Irlandais qui l’emmènent chez eux où ils le gardent prisonnier pendant six ans. Une fois libéré, saint Patrick regagne l’Angleterre. C’est alors qu’il a des visions dans lesquelles les Irlandais l’implorent de revenir. Dans un premier temps, il passe en Gaule et est ordonné diacre à Auxerre. Après cette première mission, il fait un voyage à Rome, entre 441 et 443, et, de retour en Irlande, établit son siège épiscopal à Armagh – il aurait installé son église dans la grange de son premier fidèle converti.  Divisant l’Irlande en diocèses – qui correspondent aux royaumes des rois celtiques -, il fixe les structures de I’Eglise irlandaise.  Son histoire s’entremêle avec les légendes irlandaises.  Ainsi, on raconte qu’il n’existe pas de serpents en Irlande car saint Patrick les a, tout simplement, chassés de l’ile.

L'abbaye de Clonmacnoise, près d'Athlone, fut fondée au VIe siècle. Cliquez ici ou sur l'image pour voir d'autres exemples de l'architecture et de l'art religieux du moyen-âge irlandais

Quoi qu’il en soit sur la réalité historique du personnage, et bien que certains doutent de son existence, la réalité de la conversion – plutôt rapide – de l’Irlande reste indiscutable. Au tournant du Ve siècle, toute l’élite de la vieille Erinn est dévouée au Christ. Comme en Gaule, les masses payasannes mettront plus longtemps à se tourner vers le Dieu d’Abraham. En France, au bas moyen-âge, certain adoraient encore sources ou arbres, pierres ou collines, et l’on trouve encore parfois des bas relief d’inspiration païenne, notamment celtique dans certaines constructions des XIe-XIIe siècle, y compris dans des édifices religieux (on peut en voir quelques-uns sur les façades des églises irlandaises, ou en France, dans la chapelle de la nécropole de Saint Floret, dans le Puy de Dome).

 

Le monachisme irlandais
Dès les origines, le clergé Irlandais adopta des rites et des pratiques assez librement inspirées du rite romain, et de manière générale afficha une certaine émancipation par rapport à la puissance tutélaire romaine. Cela lui valu de nombreux rappels à l’ordre qui ne restèrent pas éternellement sans conséquences, puisqu’au XIIe siècle, c’est avec la bénédiction du Pape que les franco-normands (devenus les anglo-normands) prirent pied en terre d’Irlande, avec pour mission – entre autres – de remettre l’Eglise d’Irlande au pas.
On peut peut-être attribuer l’extraordinaire réussite du christianisme dans les pays celtes à la profonde spiritualité de ces peuples, qui les a fait recevoir le dogme chrétien comme conforme à une certaines vision de leurs conceptions métaphysisques. On peut pour mémoire rappeler que le paganisme celtique croyait à l’immortalité des âmes, comme le christianisme. Certes, de nombreux peuples y croyaient, mais sans que cela recouvre la même importance. De même, les celtes partageaient avec le monothéisme juif, et par conséquent chrétien, l’interdiction de la représentation anthropomorphique des Dieux. Et de manière plus concrète, la figure du Druide celte ressemble de près par son importance sociologique à la figure du prêtre chrétien. Dans peu d’autres peuples on ne retrouve une telle prééminence de la fonction religieuse, prééminence qui se prolonge à l’époque chrétienne dans les ministres du culte. Si la conversion de l’île d’Irlande a pu être aussi rapide, c’est que Saint Patrick – ou les séides de l’Eglise, s’il n’a pas existé – a su à qui s’adresser en premier lieu : c’est vers les druides qu’il a tourné ses premiers efforts, entraînant avec eux l’élite aristocratique.

L’exubérance de l’art chrétien irlandais
En outre, l’apparition du christianisme en Irlande coïncide peu ou prou avec le développement d’une certaine forme d’art sacré, qui trouvera son apothéose dans les magnifiques manuscrits des VIIIe-IXe siècles, comme le Livre de Kells (photos à droite et ci dessous), qui reste aux yeux de tous le plus bel exemple de l’enluminure chrétienne, et qui constitue dans l’absolu une oeuvre d’art unique. Cet ouvrage est actuellement détenu par le Trinity College à Dublin. De manière globale, les  » siècles obscurs  » de l’Europe continentale furent en Irlande ceux d’une apothéose spirituelle qui amena les monastères irlandais à devenir des centres religieux de première importance, parmi lesquels le plus célèbre reste celui de Clonmacnoise (près d’Athlone, en République d’Irlande), dont la réputation et l’influence dépassa de loin les limites étroites de leur île. Nombreux furent les moines irlandais qui se répandirent sur le continent pour fonder ordres monastiques, missions évangélisatrices,… Les magnifiques enluminures des moines irlandais eurent elles aussi une influence artistique que l’on imagine pas : certains chercheurs font des rapprochements entre celles ci et celles des chrétiens d’Egypte, les coptes.

De plus, alors qu’ils enluminaient les plus beaux exemplaires de la Bible, les moines irlandais eurent aussi l’excellente idée de coucher par écrit les légendes et la mythologie irlandaise avant qu’elle ne se transforme en simple conte pour enfant. Ce travail  a permis de sauver la trace précise d’une mythologie indo-européenne riche et grandiose. A titre de comparaison, on ne sait rien ou presque des Dieux Gaulois, à l’exception de quelques noms ou de grandes figures. A ce titre, les moines irlandais méritent la reconnaissance, car plus que leurs homologues du continent, ils ont eu à coeur de respecter et de préserver une structure sociale et une civilisation ancienne.

Christianisme et spiritualité celte
Mais ce qui a provoqué une certaine renaissance des nations celtes dans les îles, c’est aussi le départ des légions romaines. Leur départ de l’île de Bretagne, notamment, vit l’apparition des épopées arthuriennes, que l’on ne présente plus. Au même moment, le royaume de Bretagne s’étendait au continent, lorsque les iliens retournèrent en nombre s’installer dans la péninsule armoriquaine, donnant ainsi naissance à la Bretagne continentale.

En outre, il ne faut pas se leurrer non plus : si l’apparition du christianisme a pu redonner une certaine vigueur à la société irlandaise, il ne faut pas oublier que ce fut au prix de la disparition de l’antique paganisme celtique, qui avait ses vertus, tout autant -voire plus- que le christianisme. Nous ne reviendrons pas sur les remarques que nous avons déjà formulé sur la nature intrinsèquement exclusive et close du discours monothéiste, en ce sens que le monothéisme ne tolère pas la diversité, quoi que nombreux soient ceux qui l’en défendent. Sur le caractère totalitaire du christianisme, et du monothéisme de manière générale, l’Histoire a été assez éloquente, et il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples. Qui plus est, le mode de pensée binaire et manichéen du christianisme (bien/mal ; juste/injuste ; vrai/faux ; …), qui l’est plus encore sans doute que dans le judaïsme ou l’islam, a aboli un mode de pensée sans doute plus riche et plus subtil sur bien des points. Certes, rien ne dit que la société aurait été meilleure, surtout si l’on considère que la religion elle même n’est qu’une superstructure, et que la forme de la société est essentiellement dictée par le mode de production. Mais en tout cas, on se serait peut être un peu plus amusé…

 

Publicités

Written by GEDEØN

1 novembre 2009 à 12:53

%d blogueurs aiment cette page :